FONTENAY LE FLEURY
Couleurs et lumières
Souvenir
Je suis venu habiter Fontenay le Fleury, un peu par hasard, mais j’y suis resté tout à fait volontairement.
Travaillant à Versailles, et venant de Bordeaux, il me fallut me loger, le plus près possible et dans des conditions compatibles avec mes moyens.

J’ai visité, visité, et disons le mot je fus séduit, un beau mois de juillet 1970, par la voûte formée par les ramures des peupliers marquant la limite (à l’époque) entre Saint Cyr et Fontenay, juste après le tunnel passant sous l’autoroute A12 (avant son carénage).

J’ai trouvé un studio ensoleillé au Parc Montaigne.                                                           Je n’ai plus imaginé de partir.

Combats
Cité en formation à partir d’un village agricole - on pouvait encore acheter du lait et des œufs à la ferme -, Fontenay était encore dans l’enfance.

Mais le paysage agricole n’est pas vraiment celui que citadins et banlieusards apprécient : il leur faut de la verdure, " visible " pourrait-on dire, des arbres.
Mis à part les peupliers, et autres arbres de parcs et vergers, le Château des missionnaires et son parc était menacé d’urbanisation sauvage :il a fallu 15 ans aux municipalités successives pour imposer un compromis acceptable au promoteur…c’est-à-dire garder une surface boisée d’un seul tenant accessible aux habitants de la commune, connexe de la Forêt de Bois d’Arcy.

Depuis, les préoccupations liées à l’aménagement arbustif, paysager, (et floral) ont toujours compté dans la gestion de la commune. Écologique ?…

Vicissitudes
             Dans le pense bête, , de nombreux évènements ont été liés à la gestion du décor végétal de la cité : il y en a d’autres.
De fil en aiguille, j’ai accordé de plus en plus d’intérêt à la vie végétale, à l’écologie, aux petites fleurs et aux grands arbres, aux saisons, aux couleurs de la vie, d’autant plus que, chargé d’un jardin familial, les joies de la tonte de l’herbe, de la taille des haies et du ramassage des feuilles en automne ne m’étaient pas inconnues.

                                                                                                                                        ET PUIS J’AI DECOUVERT LA BOTANIQUE…

SUITE
RETOUR
PLAN SITE